ça bouge chez les paysans!

Publié le par Sof

Les agriculteurs que j'ai rencontré ne sont pas des agriculteurs biologiques, mais tout de même, et qu'on se le dise, ça bouge chez les paysans!

Voici, le tract qu'ils distribuaient dans la rue (repris ici dans les grandes lignes):

Paysans/consommateurs, tous unis contre le racket de la grande distribution!

"Importations massives à bas prix, mévente, cours effondrés, toutes les productions agricoles traversent une situation de crise catastrophique!

Les prix à la production des fruits et des légumes de saison n'ont jamais été aussi bas. Les pommes sont par exemple, actuellement achetées aux producteurs 0,20 € le Kg alors que leur prix de revient se situe à 0,30€. [...] des milliers de producteurs sont au bord de la faillite.

Mais les consommateurs ne s'y retrouvent pas non plus: en dépit de l'effondrement des cours les prix des fruits et légumes n'ont jamais été aussi élevés dans les rayons des grandes surfaces. Les pommes y sont vendues entre 1,20€ et 2,00€ soit entre 6 et 10 fois le prix d'achat au producteur!

Malgré les déclarations ministérielles, malgré le vote en février dernier par le parlement du coefficient multiplicateur destiné à encadrer les marges de la grande distribution et malgré en juillet, la signature du décret gouvernemental qui en fixe les modalités d'application, rien ne se met en place concrètement.

Les grandes enseignes importent à tour de bras des produits à bas prix en provenance de l'hémisphère sud alors que nous sommes en pleine pèriode de production. Elles font chuter les cours et imposent en même temps des prix à la consommation abusivement élevés. Ces pratiques scandaleuses tuent les paysans, mais elles font également s'effondrer la demande des consommateurs, qui doivent faire face par ailleurs à de lourdes baisses de leur pouvoir d'achat.[...]"

SOURCE: Trac distribué par le MODEF (Mouvement de Défense des Exploitants agricoles Familiaux)

Leur souhait n'est pas de ne plus vendre à la grande distribution, mais que celle-ci achète leur production à des prix acceptables et qu'elle revende les produits frais de façon raisonnable au consommateur. On a tous à y gagner, consommateurs bio ou pas, nous allons tous en grande surface. Si nous croyons au développement durable, à une économie soutenable pour les hommes et la planète, celle-ci doit commencer à notre porte...

Commenter cet article