L'aspartame? Miam!

Publié le par Sof

Je me rappelle du dégoût ressenti en lisant un article concernant l’aspartame. L’aspartame, vous connaissez? Mais si, bien sûr, une large majorité de produits dits « light » en contiennent.

Cet article n’est pas récent, mais il vaut le coup que je le cite pour faire le point et savoir où l’on en est dans la commercialisation de l’aspartame aujourd'hui.

 « Coca-cola light is (no) good!

Des milliers de G.I’s, pendant la guerre du Golfe (et non de l’Irak), ont été victimes d’intoxications dues au coca-cola light. Ils sont édulcorés à l’aspartame. Pendant les hostilités, les palettes de canettes étaient entreposées au soleil, chaud dans ces régions.

A partir de 33°C, l’aspartame devient du méthanol (alcool à brûler) très toxique, qui ensuite se dégrade en formaldéhyde (formol) encore plus toxique.

Et que se pass-t-il dans l’estomac à 37°C bien tassés?

Bizarre, bizarre, l’aspartame a été inventé par…Monsanto, dans le cadre de la guerre chimique (acésulfamine de potassium).

Depuis 1996, des scientifiques et des médecins dénoncent sa dangerosité (diabètes graves et cancers du cerveau, in Journal of Neurology and Expérimental Neurology) et réclament son interdiction. Cependant, l’aspartame est toujours largement consommé dans 90 pays, et notamment par les femmes par souci (erroné) de mincir. »

Cet article a été publié par le magazine Votre Santé N°45 en juin 2003. 

Et depuis 2003?

La dangerosité de la consommation d’aspartame est un fait avéré. Il suffit de saisir le mot dans un moteur de recherche pour voir le nombre de pages traitant du sujet. On pouvait donc s’attendre à une interdiction du produit à la vente. Et bien pas du tout! L’aspartame continue d’être largement consommé à travers le monde.

 

Vous reprendrez bien une sucrette?

Pour en savoir plus

 

Publié dans SANTE

Commenter cet article

Ipeca 27/12/2006 18:44

"La dangerosité de la consommation d’aspartame est un fait avéré. Il suffit de saisir le mot dans un moteur de recherche pour voir le nombre de pages traitant du sujet."Je doute fortement que le nombres de pages faisant référence au sujet sous Google soit une preuve scientifique de la nocivité d'un produit.

Flo 16/08/2005 02:56

Et dire qu'il a été découvert par un employé scientifique, qui, après avoir fais des manipulations en avait sur le doigt et qui a décidé de gouter (un peu fou lui... )
Il l'a présenté à son patron, et le brevet est passé sous le nom de l'entreprise. Le scientifique qui l'a trouvé n'a rien gagné. La loose.